Carnet de recherche

Afin d’accompagner, avec des renseignements complémentaires, et de parfaire, par des voies plurielles, la base de données et le répertoire bibliographique ici présentés, jʼai créé le carnet de recherche collectif :

« Les Platonismes de lʼAntiquité Tardive »

Ce carnet est sur la plateforme de carnets de recherche en sciences humaines et sociales : hypothèses.org (OpenEdition financé par lʼÉquipex Digital Library for Open Humanities – DILOH).

Ce carnet réunit les projets, les activités et les publications scientifiques actuelles qui sont consacrés spécifiquement aux rapports entre les courants philosophiques et religieux de l’Antiquité classique et tardive.

Il diffuse les textes, les commentaires, les démarches méthodologiques des chercheurs concernés ainsi que des références bibliographiques afin de créer un réseau dʼéchange et un historique de la recherche sur cette thématique qui soit à la fois permanent et dynamique, susceptible d’intéresser le plus grand nombre et qui favorise ainsi le développement dʼune réflexion de fond sur cette thématique aussi riche que complexe.

Le carnet vise aussi à rassembler et à faire communiquer différentes pistes de recherche qui concernent, d’une part, l’écho et la postérité des doctrines gnostiques présentes sous un mode éclectique, par des traces et des formes fort diverses (remaniées, dissimulées et souvent difficilement repérables) au sein de la pensée judaïque et chrétienne (Philon, Évangiles apocryphes, Origène, la philosophie byzantine : Michel Psellos) et, d’autre part, les aspects principaux qui animent la polémique des penseurs grecs et latins et des Pères de l’Église contre les gnostiques, avant et après Plotin. En fait, dictée par les dogmes majeurs du christianisme (christologie, anthropologie, la relation de l’homme avec Dieu, la conception du mal et de l’histoire), cette polémique se renouvelle tout au long du Moyen-Âge latin et byzantin à travers une confrontation incessante avec des conceptions théologiques et spirituelles hétérodoxes inspirées du gnosticisme (docétisme, paulicianisme, bogomilisme, catharisme).

Enfin, le carnet vise également à une mise en valeur des travaux qui mettent en relief les influences profondes et parfois inaperçues ou secrètes de la tradition gnostique pour lʼhistoire des idées [1] surtout au sein de la philosophie (Hegel, Schelling) et de la théologie (Bultmann, Berdiaev, Soloviof). En effet, le gnosticisme, originaire de la matrice  philosophico-religieuse de l’antiquité tardive, traverse plus ou moins métamorphosé l’ensemble de la culture européenne au fil des siècles (du Moyen-Âge à la Renaissance et jusqu’à nos jours) et son expression polyphonique se reflète dans les domaines de la mystique (Bohme), de la psychologie (Jung), de lʼésotérisme (Swedenborg), de la littérature (Novalis, Nerval, Hesse, Hugo) et de l’art (Bosch). Et, par ailleurs, comme dans le cas de Jung, lʼintérêt porté au gnosticisme est parfois accompagné dʼun intérêt pour le néoplatonisme.

Le carnet est divisé dans les rubriques suivantes:

  1. Crédits
  2. À propos de ce carnet
  3. Base de données
  4. Bibliographies thématiques
  5. Colloques
  6. Expositions
  7. Humanités Numériques
  8. Journées d’études
  9. Présentation d’ouvrages
  10. Projets
  11. Publications
  12. Travaux de fin d’études
  13. Associations
  14. Statistiques

 


 

[1] Pour le détail des références données ici cf. G. Filoramo, A History of Gnosticism, Blackwell, Cambridge, 1992, p. 13-18.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>