Recommandations pour les références bibliographiques

Recommandations pour les références bibliographiques [1]

Remarques générales

– La bibliographie doit être rédigée selon les normes françaises.

– Mettre l’initiale du prénom et le nom en petites capitales avec capitale initiale. Il ne faut pas les séparer par une virgule.

– Les titres des œuvres littéraires ou artistiques, des journaux, des revues, etc., se composent en italique.

– En français, le mot initial prend seul la majuscule. En anglais, les substantifs, les adjectifs et les verbes prennent une capitale dans les titres ; en allemand, seuls les substantifs prennent une capitale. Pour les ouvrages en italien, seul le premier déterminant prend la capitale.

– Les bibliographies en fin d’article (avec renvoi dans le texte ou les notes limité au nom d’auteur et à la date de parution) ne sont pas admises. Les références bibliographiques seront toujours données en note de bas de page, selon les principes qui suivent.

 Monographies

Initiale du prénom + Nom de l’auteur, Titre. Sous-titre, t. I, Ville, maison d’édition (Collection), année, p. 00, n. 00.

Exemples :

E. Durand, La Périchorèse des personnes divines. Immanence mutuelle, Paris, Éditions du Cerf (Cogitatio fidei, 243), 2005, p. 66-68.

J. Biard et J. Celeyrette (éd.), De la théologie aux mathématiques. L’infini au xive siècle, Paris, Les Belles Lettres (Sagesses médiévales), 2005, p. 13.

J.-P. Torrell, Initiation à saint Thomas d’Aquin. Sa personne et son œuvre, Fribourg – Paris, Éditions du Cerf (Vestigia. Pensée antique et médiévale, 3), 20024 [1993], p. 124 sqq.

 – Unifier en francisant le nom des villes.

– On ne met pas « sous la direction de », ni « ouvrage dirigé par », mais le nom de ou des auteur(s) suivi(s) de (éd.). S’il s’agit du directeur d’un ouvrage, son nom sera placé avant le titre ; s’il s’agit de l’éditeur d’un texte ancien, son nom sera placé après le titre de l’ouvrage, sous cette forme : éd. J. Elfassi.

– Les noms des maisons d’édition sont demandés. Les indiquer ainsi que les collections.

– Utiliser « dans » (en romain) plutôt que « in ».

 Articles de périodique

Initiale du prénom + Nom, « Le titre de l’article », Le titre de la revue, n° de la revue, année, pagination, page citée.

Exemple :

S. Via, « Une Phèdre décadente chez les naturalistes », Revue des sciences humaines, 153, 1974, p. 33-49, en particulier p. 34.

A. Paravicini Bagliani, « Witelo et la science de l’optique à la cour pontificale de Viterbe (1277) », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes, 87, 1975, p. 425-453.

– Dans le cas d’un article tiré d’une revue, seul le déterminant prendra la capitale.

Contributions à un ouvrage collectif

Prénom + Nom, « Le titre de la contribution », dans +  Initiale + Nom de l’éditeur scientifique + (éd.), Le Titre de l’ouvrage, n° de volume, lieu, maison d’édition (Collection), année de publication, pagination, page citée.

Exemple :

A. Boureau, « Une parole destructrice : la diffamation. Richard de Mediavilla et le droit individuel au péché », dans J. Claustre, O. Mattéoni et N. Offenstadt (éd.), Un Moyen Âge pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris, Puf, 2010, p. 308-316.

 Manuscrits

  1. Nom de la ville en langue d’origine (ou dans celle de la notice, pour les noms couramment traduits),
  2. Nom de la bibliothèque en langue d’origine (éventuellement abrégé, en annonçant l’abréviation : BL pour British Library, BM pour Bibliothèque municipale, etc. ; la cote complète et précise.
  3. Le nom du fonds commence généralement par une minuscule (lat., gr., etc.), sauf pour ceux qui dérivent d’un nom propre de personne ou lieu : Chigiano, Sloane etc.). On met une virgule après le lieu et après l’institution.

Pour les intitulés exacts et les éventuelles abréviations des fonds, il convient de se reporter à la liste des lieux de conservation figurant sur la base sur le site de l’IRHT : http://medium.irht.cnrs.fr/

La foliotation est donnée avec l’indication du r et v: f. 33r (recto) ou 33v (verso).

Exemples :

Berlin, Staatsbibliothek Preussischer Kulturbesitz zu Berlin, Ms. lat. Fol. 456, f. 36ra-38vb ;

Oxford, MertonCollege139, f. 29rb-33ra ;

Toulouse, Bibliothèque municipale, 738, f. 114vb-118vb ;

Troyes, Bibliothèque municipale, 142, f. 185rb-187va ;

Paris, BnF, lat. 16405, fol. 88vb-89ra ;

Città del Vaticano, BAV, Vat. lat. 1015, f. 6vb-7ra.

– Ne pas insérer l’abréviation « ms. » ou « cod. » à l’intérieur de la cote sauf si c’est l’usage de la bibliothèque :

Exemples :

München, BSB, Clm 442, Cgm 8345 et Cod. gall. 25 ;

Wien, ÖNB, Cod. Ser. n. 13240 ;

Mais : Paris, BNF, lat. 1244 ; Toulouse, BM, 56.

Pages Internet

Toute référence à une page Internet comportera : le titre si elle en possède un, l’adresse URL (non soulignée), et une formule telle que « consulté le… », avec la date à laquelle la référence a été relevée.

N. B. : le préfixe « http:// » pourra être omis de l’URL, surtout s’il est suivi de « www ».

Exemple :

T. Williams, « John Duns Scotus », in The Stanford Encyclopedia of Philosophy, http ://plato.stanford.edu/entries/duns-scotus/

 



[1] Cette liste de recommandations a été rédigée avec le concours de Claire Raynal (LEM-CNRS) à qui nous souhaitons exprimer toute notre gratitude. Pour ce faire, nous avons consulté le Lexique des règles typographiques en usage à lʼImprimerie nationale, Paris, Imprimerie nationale, 20025.

Translittération Copte – Français des mots-clés

Nous avons suivi, avec quelques modifications, les consignes de translittération recommandées par P. H. ALEXANDER et alli (éd.), The SBL Handbook of Style for Ancient, Near Eastern, Biblical, and Early Christian Studies, Peabody Mass. (Hendrickson Publishers), 1999, p. 30.

Version PDF du Tableau de translittération copte-français

Copte

Translittération 

a

b

g

d

e

z

e

th

i

k

l

m

n

x

o

p

r

s

t

u

ph

kh

ps

o

ϣ

š

ϥ

f

ϩ

h

ϫ

d

ϭ

q

ϯ

ti