Datations des œuvres antérieures au XXe siècle ap. J.-C.

Pour les datations des ouvrages antérieurs au XXe siècle ap. J.-C., nous avons suivi pour la plupart celles données dans le Thesaurus Linguae Graecae Canon of Greek Authors and Works, L. Berkowitz et K. A. Squitier, New York and Oxford, Oxford University Press, 19903.

Pour les datations et les titres des ouvrages de Plotin, nous avons donné les datations et les différents titres attribués par Porphyre dans Porphyre, La Vie de Plotin, t. II (Études d’introduction, texte grec et traduction française, commentaire, notes complémentaires, bibliographie), L. Brisson et alli, Paris, Vrin (Histoire des doctrines de l’antiquité classique), 1992, § 4 – § 6 et § 24 – § 26 et, pour la traduction du titre des traités, nous avons suivi avec quelques modifications les traductions données dans cette même édition.

Pour les textes gnostiques, nous avons suivi pour la plupart celles données dans le volume Écrits gnostiques, La bibliothèque de Nag Hammadi, J.-P. Mahé et P.-H. Poirier (éd.), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2007.

Des exceptions, des justificatives et des remarques complémentaires sont signalées dans le champ Notes sur la datation des formulaires.

 Version PDF du Tableau des datations des œuvres antérieures au XXe siècle ap. J.-C.

Abréviations des œuvres antérieures au XXe siècle ap. J.-C.

Les abréviations des œuvres antérieures au XXe siècle ap. J.-C. suivent pour la plupart celles données dans The SBL Handbook of Style for Ancient, Near Eastern, Biblical, and Early Christian Studies, P. H. Alexander et alli (éd.), Peabody Mass., Hendrickson Publishers, 1999, en les francisant lorsque nous l’avons jugé nécessaire. Nous avons également consulté le Thesaurus Linguae Graecae Canon of Greek Authors and Works, L. Berkowitz et K. A. Squitier, New York and Oxford, Oxford University Press, 19903.  

Les abréviations des titres des différents écrits contenus dans les codices découverts à Nag Hammadi suivent pour la plupart celles données dans le volume Écrits gnostiques, La bibliothèque de Nag Hammadi, J.-P. Mahé et P.-H. Poirier (éd.), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2007. Nous avons aussi consulté celles données dans les ouvrages de J. M. Robinson, The Facsimile Edition of the Nag Hammadi Codices, Leiden, Brill, 1984, p. 96-100, et de M. Tardieu et J.-D. Dubois, Introduction à la littérature gnostique, t. I : Collections retrouvées avant 1945, Paris, Cerf, 1986, p. 11-12.

Les lettres majuscules B, L, NHC et O sont les abréviations des codex où sont conservés les écrits gnostiques (B pour P. Berol. 8502, L pour Londres, British Library Add. 5114, et NHC pour les codex de Nag Hammadi, Le Caire, Musée copte, et O pour Oxford, Bodleian Library, Bruce Mss. 96), avec, pour NHC, le numéro du codex en chiffre romain. Le chiffre arabe qui suit signale le numéro d’ordre de l’écrit à l’intérieur de son codex.

 

Recommandations pour les références bibliographiques

Recommandations pour les références bibliographiques [1]

Remarques générales

– La bibliographie doit être rédigée selon les normes françaises.

– Mettre l’initiale du prénom et le nom en petites capitales avec capitale initiale. Il ne faut pas les séparer par une virgule.

– Les titres des œuvres littéraires ou artistiques, des journaux, des revues, etc., se composent en italique.

– En français, le mot initial prend seul la majuscule. En anglais, les substantifs, les adjectifs et les verbes prennent une capitale dans les titres ; en allemand, seuls les substantifs prennent une capitale. Pour les ouvrages en italien, seul le premier déterminant prend la capitale.

– Les bibliographies en fin d’article (avec renvoi dans le texte ou les notes limité au nom d’auteur et à la date de parution) ne sont pas admises. Les références bibliographiques seront toujours données en note de bas de page, selon les principes qui suivent.

 Monographies

Initiale du prénom + Nom de l’auteur, Titre. Sous-titre, t. I, Ville, maison d’édition (Collection), année, p. 00, n. 00.

Exemples :

E. Durand, La Périchorèse des personnes divines. Immanence mutuelle, Paris, Éditions du Cerf (Cogitatio fidei, 243), 2005, p. 66-68.

J. Biard et J. Celeyrette (éd.), De la théologie aux mathématiques. L’infini au xive siècle, Paris, Les Belles Lettres (Sagesses médiévales), 2005, p. 13.

J.-P. Torrell, Initiation à saint Thomas d’Aquin. Sa personne et son œuvre, Fribourg – Paris, Éditions du Cerf (Vestigia. Pensée antique et médiévale, 3), 20024 [1993], p. 124 sqq.

 – Unifier en francisant le nom des villes.

– On ne met pas « sous la direction de », ni « ouvrage dirigé par », mais le nom de ou des auteur(s) suivi(s) de (éd.). S’il s’agit du directeur d’un ouvrage, son nom sera placé avant le titre ; s’il s’agit de l’éditeur d’un texte ancien, son nom sera placé après le titre de l’ouvrage, sous cette forme : éd. J. Elfassi.

– Les noms des maisons d’édition sont demandés. Les indiquer ainsi que les collections.

– Utiliser « dans » (en romain) plutôt que « in ».

 Articles de périodique

Initiale du prénom + Nom, « Le titre de l’article », Le titre de la revue, n° de la revue, année, pagination, page citée.

Exemple :

S. Via, « Une Phèdre décadente chez les naturalistes », Revue des sciences humaines, 153, 1974, p. 33-49, en particulier p. 34.

A. Paravicini Bagliani, « Witelo et la science de l’optique à la cour pontificale de Viterbe (1277) », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes, 87, 1975, p. 425-453.

– Dans le cas d’un article tiré d’une revue, seul le déterminant prendra la capitale.

Contributions à un ouvrage collectif

Prénom + Nom, « Le titre de la contribution », dans +  Initiale + Nom de l’éditeur scientifique + (éd.), Le Titre de l’ouvrage, n° de volume, lieu, maison d’édition (Collection), année de publication, pagination, page citée.

Exemple :

A. Boureau, « Une parole destructrice : la diffamation. Richard de Mediavilla et le droit individuel au péché », dans J. Claustre, O. Mattéoni et N. Offenstadt (éd.), Un Moyen Âge pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris, Puf, 2010, p. 308-316.

 Manuscrits

  1. Nom de la ville en langue d’origine (ou dans celle de la notice, pour les noms couramment traduits),
  2. Nom de la bibliothèque en langue d’origine (éventuellement abrégé, en annonçant l’abréviation : BL pour British Library, BM pour Bibliothèque municipale, etc. ; la cote complète et précise.
  3. Le nom du fonds commence généralement par une minuscule (lat., gr., etc.), sauf pour ceux qui dérivent d’un nom propre de personne ou lieu : Chigiano, Sloane etc.). On met une virgule après le lieu et après l’institution.

Pour les intitulés exacts et les éventuelles abréviations des fonds, il convient de se reporter à la liste des lieux de conservation figurant sur la base sur le site de l’IRHT : http://medium.irht.cnrs.fr/

La foliotation est donnée avec l’indication du r et v: f. 33r (recto) ou 33v (verso).

Exemples :

Berlin, Staatsbibliothek Preussischer Kulturbesitz zu Berlin, Ms. lat. Fol. 456, f. 36ra-38vb ;

Oxford, MertonCollege139, f. 29rb-33ra ;

Toulouse, Bibliothèque municipale, 738, f. 114vb-118vb ;

Troyes, Bibliothèque municipale, 142, f. 185rb-187va ;

Paris, BnF, lat. 16405, fol. 88vb-89ra ;

Città del Vaticano, BAV, Vat. lat. 1015, f. 6vb-7ra.

– Ne pas insérer l’abréviation « ms. » ou « cod. » à l’intérieur de la cote sauf si c’est l’usage de la bibliothèque :

Exemples :

München, BSB, Clm 442, Cgm 8345 et Cod. gall. 25 ;

Wien, ÖNB, Cod. Ser. n. 13240 ;

Mais : Paris, BNF, lat. 1244 ; Toulouse, BM, 56.

Pages Internet

Toute référence à une page Internet comportera : le titre si elle en possède un, l’adresse URL (non soulignée), et une formule telle que « consulté le… », avec la date à laquelle la référence a été relevée.

N. B. : le préfixe « http:// » pourra être omis de l’URL, surtout s’il est suivi de « www ».

Exemple :

T. Williams, « John Duns Scotus », in The Stanford Encyclopedia of Philosophy, http ://plato.stanford.edu/entries/duns-scotus/

 



[1] Cette liste de recommandations a été rédigée avec le concours de Claire Raynal (LEM-CNRS) à qui nous souhaitons exprimer toute notre gratitude. Pour ce faire, nous avons consulté le Lexique des règles typographiques en usage à lʼImprimerie nationale, Paris, Imprimerie nationale, 20025.

Translittération Copte – Français des mots-clés

Nous avons suivi, avec quelques modifications, les consignes de translittération recommandées par P. H. ALEXANDER et alli (éd.), The SBL Handbook of Style for Ancient, Near Eastern, Biblical, and Early Christian Studies, Peabody Mass. (Hendrickson Publishers), 1999, p. 30.

Version PDF du Tableau de translittération copte-français

Copte

Translittération 

a

b

g

d

e

z

e

th

i

k

l

m

n

x

o

p

r

s

t

u

ph

kh

ps

o

ϣ

š

ϥ

f

ϩ

h

ϫ

d

ϭ

q

ϯ

ti

Translittération Grec – Français des mots-clés

Nous avons suivi, avec quelques modifications, les consignes de translittération recommandées par P. H. ALEXANDER et alli (éd.), The SBL Handbook of Style for Ancient, Near Eastern, Biblical, and Early Christian Studies, Peabody Mass. (Hendrickson Publishers), 1999, p. 29.

Version PDF du Tableau de translittération grec-français

Grec

Translittération 

α

a

β

b

γ

g

γ

n

(avant γ, κ, ξ, χ)

δ

d

ε

e

ζ

z

η

e

θ

th

ι

i

ι

(souscrit)

i  

(après la voyelle   auquel il est souscrit)

κ

k

λ

l

μ

m

ν

n

ξ

x

ο

o

π

p

ρ

r

rh

σ, ς

s

τ

t

υ

u

(quand il s’agit des diphtongues :

au, eu, ēu, ou, ui)

φ

ph

χ

kh

ψ

ps

ω

o

h

(avec voyelle ou diphtongue)

-

^

´

`

Recommandations pour la rédaction des commentaires personnels dans les formulaires

Recommandations pour la rédaction des commentaires [1]

Recommandations générales

– Le texte doit être dactylographiés en police de caractère Times New Roman, taille de police 11.

– En cas d’utilisation de polices typographiques spéciales (alphabet latin étendu, grec, arabe, hébreu), il est demandé dʼutiliser les polices suivantes :

            – Grec : IFAO Grec Unicode

            – Copte : IFAO Copte Unicode

Ces polices sont téléchargeables dans : http://www.ifao.egnet.net/publications/outils/polices/

Pour les autres langues, utiliser une police Unicode et gratuite, et nous envoyer lʼadresse pour le téléchargement.

Présentation du texte

Merci de n’appliquer aucune feuille de style, de n’insérer aucun espace, retrait, sauts de page ou des commentaires Acrobat dans le texte (les « post-it » dans les fichiers Word).

Hiérarchisation du texte

– Le texte doit être organisé en plusieurs parties. Il conviendra de ne pas dépasser trois niveaux de titre.

– Privilégier des titres et des sous-titres de partie courts : ils doivent pouvoir tenir sur une ligne.

Mettre en valeur les différents niveaux de hiérarchisation (par exemple : le premier intertitre plus grand que les autres, en gras, centré ; le deuxième plus petit, en italique, gras, aligné à gauche, le troisième encore plus petit, en gras mais non italique), de façon à ce qu’il n’y ait pas de confusion possible sur la hiérarchisation que vous souhaitez pour votre texte.

Remarques typographiques

De manière générale, sont suivis les usages typographiques français.

– Les capitales sont accentuées.

– Les tirets doivent être des tirets moyens : – (Alt+0150). Également les tirets moyens, de préférence aux grands tirets, pour commencer un paragraphe dans une énumération.

– On composera les chiffres romains en grandes capitales, sauf pour les références à une pagination romaine et pour les siècles, où l’on emploiera les petites capitales.

– On utilisera les « guillemets français » de préférence aux “guillemets anglais” (même dans les articles en anglais), sauf pour distinguer « une citation “à l’intérieur” d’une autre citation ».

– Mettre un espace insécable avec les guillemets « », avant : ; ? ! et après p.

– La ponctuation, s’il y lieu, se place toujours immédiatement après l’appel de note : 2.

– Les durées, les âges (il y a quinze ans ; il a quinze ans) s’écrivent en toutes lettres ; les quantités en chiffres (il a vendu 4 500  exemplaires ; 95 253 personnes sont venues…).

– Ne pas utiliser d’abréviation dans le cours des phrases.

– Ne pas utiliser de capitale aux mots « livre », « évangile », « épître » dans les titres des livres scripturaires (Ex : le livre des Prophètes ; l’évangile de Marc, l’épître aux Galates). En revanche capitale à « Évangile » pour désigner le message du Christ.

– L’usage de l’italique est très réglementé. Il est avant tout réservé aux titres d’ouvrage et aux termes en langue étrangère translittérés ou, à l’intérieur d’une citation, pour souligner des termes, expressions ou phrases.

– L’utilisation du gras et du soulignement est à proscrire.

– Les lettres œ et æ sont soudées.

Citations

– Les citations sont entre guillemets français (« »), en romain ; éviter les translittérations; le grec, le copte et tout texte en alphabet non latin est dans une police unicode en romain. Les termes, expressions ou phrases citées dans leur langue originale devra être mis entre parenthèses et précédé d’une traduction en français. La traduction et le terme seront entourés de guillemets. Par exemple : « signe démonique (δαιμόνιον σημεῖον) ».

– Les crochets [  ] sont utilisés pour signaler toute intervention de l’auteur à l’intérieur d’une citation ou quand la citation en tronquée […]. Une citation qui commence au milieu d’une phrase est précédée de […]. Une citation inachevée peut être suivie de […], mais en général sera finie par un point : « [...] texte de la citation ».

– Les citations commencent par des majuscules, qu’elles soient en note de bas de page, en exergue ou insérées dans le texte.

– Supprimer les points de suspension en début et en fin de citation.

– À partir de 4 lignes (langue originale et traduction comprises), mettre les citations « en exergue », c’est-à-dire détachée du texte. Dans ce cas, on va à la ligne avec une ligne de blanc avant et après. Il faut aussi introduire et finir par des guillemets («  »).

– Ponctuation en fin de citation :

  1. Quand la citation est introduite par « : » (et qu’elle est donc autonome par rapport à la phrase qui l’introduit), on met le point final à l’intérieur de ces guillemets. Si la citation fait partie de la phrase globale, le point final est situé à l’extérieur des guillemets.
  2. L’appel de note est à placer juste après les guillemets fermants.

– Les références des citations sont placées le plus possible en bas de page.

– Dans les notes de bas de page, les citations sont placées après la référence, qui n’est pas tronquée.

– S’il y de nombreuses citations en langue étrangère suivies de leurs traductions, ou si la citation est très longue, la traduction française sera placée dans le texte, tandis que le texte en langue originale sera placé en note de bas de page. Il faut toujours citer avant la traduction française et ensuite le texte en langue originale.

– Lors de la première occurrence d’un mot en langue étrangère, il doit être précédé de sa traduction en français, le mot étranger étant entre parenthèses. La traduction et le terme seront entourés de guillemets. Par exemple : « signe démonique (δαιμόνιον σημεῖον) ».

Les notes

– Privilégier les notes de bas de page aux notes de fin d’article.

– Les notes doivent être numérotées en continu ; avec un espace après le numéro de la note. Ne pas sauter de ligne entre chaque nouvelle note. Elles doivent être toujours générées par l’ordinateur. Ne pas intervenir pour modifier un numéro de note.

– Éviter si possible les notes très longues et ne se rapportant pas directement au sujet de l’article.

– Les numéros des notes seront placés en exposant sur la ligne, dans le même corps que les notes : 1 xxx

– En note de bas de page, les citations sont placées après la référence.

– La ponctuation, s’il y a lieu, se place toujours immédiatement après l’appel de note : 2. ou 3, et l’appel de note se place à l’extérieur des guillemets. On a donc : « Texte de la citation »4.

– En note, les références doivent toujours être complètes à la 1re occurrence.

– Les noms des auteurs ne sont pas en petites capitales quand ils ne sont pas suivis de références bibliographiques.

– Les informations bibliographiques doivent être les plus exhaustives possibles dans les notes de bas de page : ne sont pas acceptées des renvois à des abréviations ou des renvois implicites à des ouvrages connus des spécialistes de la question.

– Si une référence doit être répétée, on conservera uniquement l’initiale et le nom de l’auteur en petites capitales et le titre (éventuellement tronqué) en italique ou entre guillemets selon qu’il s’agit d’un ouvrage ou d’un article, + op. cit. (s’il s’agit d’une monographie), art. cit. (s’il s’agit d’un article) ou ed. cit. (s’il s’agit d’une édition) suivi de supra n. XXX, puis de la page citée.

– Utiliser cf. (en romain) plutôt que « voir ».

– Utiliser sq = page suivante / sqq. = pages suivantes / s. d. = sans date.

– Répéter dans les notes le nom de l’auteur, même si celui-ci est cité dans le corps du texte.

– Ibid. ne doit être employé que quand la référence (même auteur, même ouvrage) vient d’être donnée dans la note qui précède immédiatement.

– Mettre sc. (et non pas =, i.e. ou scil.) dans les parenthèses qui servent à expliciter un terme ou expression.

– Mettre en italique : a posteriori, a priori, a fortiori, topos, in extenso, stricto sensu, via…

– Les principales abréviations utilisées sont les suivantes :

  • chap. = chapitre ou chapter
  • ca. = circa
  • ibid. (ibidem) = dans le même ouvrage
  • i.e. = id est
  • infra = ci-dessous
  • ill. = illustration(s)
  • cf. (confer) = comparez avec
  • cod. = codex, codice
  • col. = colonne(s) // colonna // column
  • éd. = éditeur(s), édition(s)
  • etc. = etcetera, et coetera
  • fasc. = fascicule(s)
  • Fol. = Folio, quand il s’agit de la cote du manuscrit
  • f. = folio-folios
  • id. (idem) = chez le même auteur
  • Id. // Ead. = idem, eadem (répétition du même auteur dans la bibliographie)
  • impr. = imprimeur(s)
  • infra = ci-dessous
  • l. = ligne (l. 12)
  • ms. = manuscrit/ mss = manuscrits
  • N.B. = nota bene
  • NDLR = note de la rédaction
  • op. cit. (opere citato) = dans l’ouvrage déjà mentionné du même auteur
  • p. = page, qui n’est pas redoublé quand il y a plusieurs pages.
  • r = recto (f. 15r)
  • sqq. = sequitur
  • trad. = traduction/translation/translated
  • chap. = chapitre
  • coll. = collection
  • collaborateur(s)
et al. (et alii) = et les autres auteurs
  • no(s) = numéro(s)
  • NDA = note de l’auteur
  • NDT = note du traducteur
  • p. = page
  • rééd. = réédité, réédition
  • réimpr. = réimprimé, réimpression
  • rév. = révisé
  • sect. = section
  • s.d. = sans date
  • s.l. = sans lieu
  • s.l.n.d. = sans lieu ni date
  • suiv. = suivant(s), suivante(s)
  • supra = ci-dessus
  • t. = tome(s)
  • v. = vers
  • v = verso (f. 15v)
  • vol. = volume(s)

 – Références bibliques : Gn. 28, 20-22

– Abréviations bibliques : Gn., Ex., Lv., Nm., Dt., Js., Jd., Rt., 1Rg. (1Sm), 2Rg. (2Sm) 3Rg. (1Rg) 4Rg. (2Rg), 1Par., 2Par., 1Es., 2Es., (Ne) Tb., Jdt., Est., Jb., Ps., Pro., Qo (Ec), Ct., Sap., Sir. (Ecli), Is., Jr., Lm., Bar., Ez., Dn., Os., Jl., Am., Ab., Jn., Mic., Nh., Hab., Sph., Ag., Zc., Ml., 1Mc., 2Mc., Mt., Mr., Lc., Jo., Ac., Rm., 1Cor., 2Cor., Gal., Eph., Ph., Col., 1Th., 2Th., 1Tm., 2Tm.,Tt., Phl., Heb., Jc., 1Pt., 2Pt., 1Jo., 2Jo., 3Jo., Ju., Ap., Iac.

Mise en forme du texte

Titre de chapitre : times, 14, gras, centré

Exergue : Times, 9, italique, fer à droite

Titre 1  : Times 11 italique, fer à gauche

Titre 2 : Times 10 romain, aligné à gauche, retrait de 1 cm

Le texte courant : Times, corps 10 pts, interligne 10 pts, retrait de première ligne positif de 1 cm.

Texte du résumé : Times, 10 pt, aligné à gauche, retrait de 1re ligne de 0,5 cm

Texte de notes de bas de page  : Times, corps 9 pts, ligne 11 pts, retrait 0,5 cm.

Citations : Times New Roman 10 pt, interligne exactement 12 pt, Retrait droite et gauche 1,5 cm, justifié, espacement 6 pt avant, 6 pt après.

À n’utiliser que pour les citations d’un seul paragraphe.


[1] Cette liste de recommandations a été rédigée avec le concours de Claire Raynal (LEM-CNRS) à qui nous souhaitons exprimer toute notre gratitude.    

Mots-clés en copte

Voici la liste des mots-clefs translittérés en copte déjà pré-insérés dans la base de données. Cette liste de notions vise à permettre les rédacteurs de visualiser l’ensemble des mots-clefs déjà insérés et de les aider à choisir parmi ceux-ci et/ou à insérer des nouveaux mots-clefs.

A

aelō (dieu)

agathon (bien)

agenēthos (inengendré)

adiakritos (indistinct)

athanatos (immortel)

aiōn, eōn, aōn (éternité)

aisthēsis, esthēsis (perception, sensation)

aisthētos (sensible)

aitia, aiti, etia (cause)

akereon (sans mélange)

akraton (non mélangé, pur)

alēthia, alētheia (vérité)

alikrines (pur)

allogenēs (étranger)

alogos (insensé)

amahte (être maître de)

ambrosia (ambroisie)

ametrēton (incommensurable)

anagkē (nécessité)

anaisthēsia (aperception)

anapaue (se reposer)

anapausis (repos)

antitupon (copie)

aoraton (invisible)

aptharsia (incorruptibilité)

apiros (illimité)

arēd (limite)

arkhē (commencement)

arkhōn (archonte)

asaleuton (inébranlable)

atauan (sans couleur)

atbōl ebol (indissoluble)

ateleston (imparfait)

ateidos (sans forme)

ateime (ignorant)

atkakia, atkaqia (sans malice)

atkim (inébranlable)

atmise (inengendré)

atmme (ignorant)

atmorphē (sans forme)

atmou (immortel)

atnarēd (infini, sans limite)

atpōrd (indivisible, indiscernable)

atpōš, atpōše (non divisé, indivisible

atrepos (immuable)

atsede mmo// (ineffable)

atsmot (sans forme)

atsouōn (inconnaissable)

atsooune (ignorant)

atsōma (incorporel)

atskhēma (sans configuration)

attako (incorruptible)

attaho, atteho (insaisissable)

attitōš ero// (illimité)

atpsukhē (sans âme)

atouahm// (inexplicable)

atouahme// (inexplicable)

atousia (insubstantiel)

atouōnh (non manifesté)

atouōtb ebol (immuable)

atšade mmo// (ineffable)

atšade ero// (ineffable)

atšibe (immuable)

atšit// (incommensurable)

atšōpe (non-être)

atšōōt (sans besoin)

atšade (indicible, ineffable)

atdimkah (impassible)

atdo mpe//ran (innommable)

atdro ero// (invincible)

atqom (impuissant)

autogenēs (autogène)

autogenētos (autoengendré)

autogenion (autogènes)

aphtharsia (incorruptibilité)

aphtharton, aphthartos (incorruptible)

ahoraton, ahoratos (invisible)

B

bōk ehrai (s’élever, ascension)

bōl ebol, bel ebol (dissoudre, délier, défaire)

G

genea (genre)

genos (genre)

gnōsis (connaissance)

D

daimonion (démon)

daimōn (démon)

demōn (démon)

diakrine (distinguer)

diaphota (différence)

diōke (poursuivre)

dunamis (puissance)

E

energia (acte)

eneh (jamais)

ennoia (pensée)

enthumēsis (réflexion)

epithumia (concupiscence)

epinoia (notion)

epistēmē (science)

esthēsis (perception)

esthētērion (perception)

esthēton (sensible)

exousia (autorité)

eōn (éon)

EI / I

ei ebol (émanation)

eidos (forme, espèce)

eidea (idée)

eidōlon (reflet)

eikōn (image)

ilikrines (pur)

eime, ime (comprendre, savoir)

eine (ressembler à, ressemblance)

eiōrh (contempler, contemplation)

Z

zōon (vivant)

TH

thelēma (volonté)

thobaefthō (vérité)

K

kake (ténèbre)

karōf (silence)

katanoēsis (intellection)

kim (se mouvoir, mouvement)

koinōni (participer)

kolasis (châtiment)

kosmikon (cosmique, de ce monde)

kosmos (monde, ordre)

kritēs (juge)

ktisis (création)

L

libe (être pris de folie, folie)

loiqe, loeiqe (cause, principe, actif)

loeide (cause, principe, actif)

M

ma (lieu, ce monde-ci)

me (vérité)

merikon (élément)

meros (part, aprtie)

metanoia (repentance)

meeue (penser, pensée)

mimēsis (imitation)

mkah (souffrance)

mme (comprendre, savoir)

mntagathon, mntagathos (bonté)

mntaplous (simplicité)

mntatkakia (absence de malice, innocence)

mntatmise (inengendrement)

mntatnarēd (illimitation)

mntatpōrd (indivisibilité)

mntatpōš (insécabilité)

mntatsooun, mntatsooune (ignorance)

mntatsouōn (inconnaissabilité)

mntattako (incorruptibilité)

mntatouōtb ebol (façon définitive)

mntatousia (insubstantialité)

mntatdimkah (impassibilité)

mnteime (compréhension)

mnteiōt (paternité)

mntme (vérité)

mntnoute (divinité)

mntnoq (grandeur)

mntpantelios (perfection)

mnttelios (perfection)

mntouōt (unicité, unité)

mntša eneh (éternité)

mton (se reposer, mourir, repos)

morphē (figure)

mou (mourir, être mort, être corrompu)

mou (mort)

moout (mourir, être mort, être corrompu)

moukh, mokh (souffrir)

N

nanou// (bon)

nobe (péché), faute)

noei (penser, comprendre)

noeros (intelligence, intelligible)

noeron (intelligence, intelligible)

noēma (concept, pensée)

noēsis (intellection)

noune (racine)

nous (intellect)

noute (dieu)

nouhm (être sauvé, échapper à ; salut)

P

pantelios, pantelion (totalement, parfait)

parthenikon (virginal)

pēgē (source)

plana (égarer, faire errer)

planē (erreur)

plasma (modelage)

plērōma (plérôme)

plēsmonē (rassasiement)

pneuma, pna (esprit)

prognōsis (prescience)

proon (avoir déjà existé)

proontos (préexistant)

praxis (action)

pōrd (séparer)

pōrd ebol, pord ebol ([se] séparer, se diviser, devenir distinct)

pōš (se séparer, se diviser)

R

ranakhōri, ranakhōrin (se replier, se tourner)

rgumnaze (mettre à l’exercice)

rhelpis (espérer)

renergi (agir)

repithumi, repithumei (désirer)

refeime (connaissant)

rike (inclinaison)

rmetanoei, rmetanoi (se repentir)

rsōma (façonner)

rtelios (devenir parfait)

rtolma (pousser l’audace)

rphantazesthai (imaginer)

rkhria (besoin)

rkhōrin (traverser, contenir)

ršopr neime (connaître d’avance, préconnaître)

ršpr neime (connaître d’avance, préconnaître)

S

sadne (considérer, délibérer)

sigē (silence)

smot (forme, façon)

sophia (sagesse)

spora (semence)

stathmikon (mesuré)

stoikhiōn (élément)

sooun (connaître, connaissance)

sunousia (coessence)

suntelia, sunteleia (achèvement)

sunhesis (compréhension)

skhēma (configuration)

sōma (corps)

sōmatikon, sōmatikos (corporel)

T

tapme, tapmame (vrai)

taxis (ordre)

teleion, telios (parfait)

tolma (pousser l’audace)

tolmē (audace)

topos (lieu)

tupos (modèle)

OU

oua (un)

ouoein (lumière)

ousia (substance, existence)

ouōnh, ouonh (manifester)

ouōnh ebol, ouonh ebol (apparaître, se révéler, se montrer, être visible ; manifestation)

ouōt (seul, unique)

PH

phantasia (imagination)

phronēsis (intelligence)

phusis (nature)

KH

khaos (chaos)

khronos (temps)

khōrēma (espace)

PS

psukhē (âme)

psukhikē (psychique)

psukhikon (psychique)

O

ōnh (vie)

S

ša (apparaître, se lever)

ša eneh (à jamais, éternel)

šibte (changement)

šōpe (être, exister, devenir, venir à l’existence ; être)

šade (parole)

šodne, šadne (réfléchir  sur, considérer, délibérer ; conseil)

šrpnsooun (prescience)

šta (être déficient ; déficience)

šōōt (déficience)

H

haibes, haeibes, haeibe (ombre)

haplous, haploun (simple)

haplōs (simplement)

hidea (idée)

hikōn (image)

hileikrines (pur)

hilikrines (pur)

himarmenē (destinée, destin)

hormē (élan, influence)

htor (nécessité)

hulē (matière)

hulikē (hylique)

hulikon (hylique)

huparxis (existence)

hupostasis (hypostase)

hupotasse (être soumis)

husterēma (déficience)

D

dimkah (souffrir, souffrance, passion)

dpo (engendrer, produire ; engendrement)

dtupos (se conformer à un modèle)

Q

qinsōtm (ouïe)

qom (puissance, miracle)

qōšt (contempler)

Mots-clés en grec

Voici la liste des mots-clefs translittérés en grec déjà pré-insérés dans la base de données. Cette liste de notions vise à permettre les rédacteurs de visualiser l’ensemble des mots-clefs déjà insérés et de les aider à choisir parmi ceux-ci et/ou à insérer des nouveaux mots-clefs.

A

adiáphoros (indifférent)

adoxía (discrédit)

ágalma (statue)

agápe (amour)

agathoeidés (conforme au bien)

agathón (tò) (le bien)

agathós (bon)

aidiótes (perpetuité)

aión (éternité)

aiskhrós (honteux)

aistetikón (faculté sensitive de l’âme)

aísthesis (sensation)

aisthetiké (âme sensitive)

aisthetón (tò) (le sensible)

aitía (cause)

aklinés (ce qui ne penche pas)

akoé (ouïe)

akolasía (débauche)

akóreton (insatiable)

akoúsion (involontaire)

ákratos (sans mélange)

akroataí (auditeurs)

alétheia (vérité)

algedón (douleur)

algeîn (souffrir)

alloíosis (altération)

allotría gê (terre étrangère)

amartía (faute)

amudrós (confus, obscur)

amorpheîn (être sans forme)

ámorphos (sans figure)

anágke (necessité)

anagogè (remontée)

analogía (analogie, proportion, rapport)

anamártetos (infallible, impeccable)

anámnesis (souvenir)

anartân (se suspendre à, dépendre de)

anatéllein (se lever)

anatrékhein (s’élancer)

andreía (courage)

aneídeon (sans forme)

antakolouthía (implication mutuelle des vertus)

ánthropos (homme)

antílepsis (perception)

antitupía (résistance)

apoklínein (décliner)

ápoios (sans qualité)

aoristía (indétermination)

aóristos (indéterminé)

apátheia (impassibilité)

apeiría (illimitation)

ápeiros (illimité)

ápeiron (illimité)

aphaíresis (négation)

áphtartos (incorruptible)

ápoios (sans qualité)

apoklínein (décliner)

apolaúein (profiter)

áporos (indigent)

aporrheîn (émaner, s’écouler)

apórroia (émanation)

apóstasis (éloignement)

aproaíreton (impulsion involontaire)

apsophía (silence)

ápsophos (silencieux)

aretaí (vertus)

areté (vertu, excellence)

arithmós (nombre)

arkhé (principe)

arkhétupos (modèle)

asébeia (impiété)

asómatos (incorporel)

asthéneia (faiblesse)

ástron (astre)

ataraxía (absence de troubles)

athróos (immédiat)

autárkeia (autarcie, autosuffisance)

autárkes (autarcique, autosuffisant)

autexoúsion (libre choix)

autexoúsios (libre)

autodekás (décade en soi)

autokakón (mal en soi)

autómaton (hasard)

autonoûs (intellect en soi)

autozôion (vivant en soi)

aúxesis (accroissement, croissance)

axiómata (axiomes)

 

B

báthos (profondeur)

bía (violence, force)

bíos (mode de vie)

boúlesis (volonté)

 

D

daímon (démon)

demiourgós (démiurge)

dialektiké (dialectique)

dianóesis (raisonnement, notion)

diánoia (pensée discursive)

diákrisis (dissociation)

diapháneia (transparence)

diástema (intervalle)

diáthesis (disposition)

díkaios (juste)

dikaiosúne (justice)

díke (châtiment)

diórthosis (rectification)

dióti (tò) (le) (pourquoi)

doûlos (esclave)

dóxa (opinion)

duás (dyade, deux)

dunámei (en puissance)

dúnamis (puissance, faculté)

dúo (deux)

 

E

égersis (éveil)

egrégorsis (veille)

eídolon (image)

eîdos (espèce)

eîdos (forme)

eîdos (Forme intelligible)

eikón (image)

eînai (être)

einigménos (à mots couverts)

eisreîn (s’écouler dans)

ékhein (image)

ekphéro (emporter)

ekoúsion (volontaire)

éllampsis (illumination)

empódios (obstacle)

éndeia (indigence)

enérgeia (acte, activité)

energeíai (en acte)

energeîn (agir)

ennóema (objet de pensée)

énnoia (notion, conception)

enupárchein (appartenir, être présent dans)

epaktós (adventice)

epaphé (toucher, contact)

epékeina (au-delà)

eph’hemin (ce qui dépend de nous)

éphesis (désir)

epibolé (intuition)

epínoia (conception)

epitêdeusis (pratique, conduite)

epistéme (science)

epistréphein (se retourner)

epistrophé (retour, « conversion »)

epithumetikón (faculté désirante de l’âme)

epithumetikón (ce qui désire)

epithumía (désir, appétit)

eremía (immobilité)

érgon (action, fonction)

éros (amour)

Éros (Amour)

éskhaton (dernier)

estía (foyer)

eudaímon (heureux)

eudaimonía (bonheur)

eupátheia (bien-être)

eúkhesthai (prier)

eúlogon (raisonable)

exartân (suspendre)

exelíttein (se déployer)

éxo (tà) (les biens extérieurs)

 

G

gámos (mariage, union sexuelle)

gastrimargía (gloutonnerie)

gê (terre)

génesis (devenir, engendrement)

gennân (engendrer, produire)

gennetiké (générative)

gennetikón (génération)

génos (genre)

ginómenon (tò) (ce qui est venu à l’être)

glískhros (de façon mesquine)

gnórimoi (familier)

gnôsis (connaissance)

goneîs (parents)

gumnásion (gymnase en tant que métaphore désignant le monde)

 

H

habrós (gracieux)

Haídes (Hadès)

haíresis (choix)

hamartía (faute)

haplotheís (déployé, épanoui)

haploûn (tó) simple

harmonía (harmonie) 

hedoné (plaisir)

hegemonikón (faculté directrice de l’âme)

heimarméne (destin)

hélios (soleil)

hemisphaírion (hémisphère)

hén (tò) (l’Un)

hén kaì pollá (un et plusieurs)

hèn ón (un qui est)

henás (unité)

hésukhía (tranquillité)

hésukhos (tranquille)

heterótes (altérité, différence)

héxis (disposition, état)

hikanós (suffisant)

híppos (cheval)

hoîon (comme si)

hóle psukhé (le tout psychique)

hólon (tò) (un tout, l’ensemble, total, entier)

hólos (tò) (un tout, l’ensemble, total, entier)

homilía (entretien privé)

homoeidês (de même espèce)

homoíosis (assimilation)

homoioûsthai (devenir semblable)

homónumía (homonymie)

hórama (objet de vision)

horân (voir)

hórasis (vision)

hormé (tendence, impulsion)

hóti (tò) (le) (quoi)

húle (matière)

húparxis (existence)

hupenantíon (contraire)

húpernoésis (superintellection)

hupodokhé (réceptacle)

hupokeímenon (substrat)

hupómnema (commentaire)

hupokrités (acteur)

hupóstasis (existence, « hypostase », réalité)

hústeron (postérieur)

 

I

ídion (propre)

íkhnos (trace)

 

K

kaká (tá) (les maux)

kakía (vice)

kakón (mal)

kakós (mauvais)

kairòs (moment favorable)

kalón (tò) (le beau)

kalós (beau)

kalloné (la beauté)

kallópisma (splendeur)

kallopízein (rendre splendide)

kállos (tó) (le Beau)

kámatos (fatigue)

karpós (fruit)

katábasis (descente de l’âme)

katakosmeîn (mettre en ordre)

kataphorá (mouvement vers le bas)

kategoria (catégorie)

kathaíresthai (se purifier)

katharós (pur)

kátharsis (purification)

kathólou ousia (réalité universelle)

kátodos (descente de l’âme)

kátoptron (miroir)

katórthosis (rectification morale)

keîsthai (position)

kenón (vide)

kéntron (centre)

kêpos (jardin)

kháris (grâce)

khóra (matériau)

khoregós (dispensateur)

khoristós (séparé)

khroié (couleur)

khrôma (couleur)

khrónos (temps)

kínesis (mouvement)

klêros (sort)

koinè aísthesis (sens commun)

koinón (commun)

koinonía (communauté)

komízesthai (se procurer)

kóre (pupille)

kósmos (monde, ordre)

krâsis (mélange)

krísis (jugement)

 

 L

lanthánein (passer inaperçu)

lektá (tà) (dicibles)

líthos (pierre)

logiké  (logique)

logikón (faculté rationnelle de l’âme)

logikòn zôion (vivant rationnel)

logismós (réflexion, raisonnement, calcul rationnel)

logízesthai (calculer, raisonner)

logizomenón (raisonnement)

lógos spermatikós (raison séminale)

lógos (raison, argument, definition, discours, « formule rationnelle »)

lógoi (raisons)

lúpe (peine, douleur)

 

M

makários (bienheureux)

mántis (devin)

mè ón ou ouk òn (non être)

mégethos (grandeur)

ménein (demeureur en soi)

meristós (divisible)

méros (partie)

méros (partie de l’âme)

metalambánein (participer)

metánoia (repentance)

metaxú (intermédiaire)

metékhein (participer)

metensomátosis (métensomatose)

méter (mère)

méthexis (participation)

méthúein (être ivre)

metreîn (mesurer, imposer une mesure)

métron (mesure)

mígma (mélange)

mímesis (imitation)

mímema (résultat de l’imitation)

míxis (combinaison)

míxis (union sexuelle)

mnéme (mémoire)

moikheía (adultère)

monadikós (monadique)

monakhòn (solitude)

monè (repos)

morphé (figure, forme)

mousikós (musicien)

mûthos (mythe)

 

N

néktar (nectar)

neúein (incliner)

neûsis (inclination)

noeîn (penser)

ema (objet de pensée, objet intelligé)

noerós (intellectuel)

esis (pensée, intellection, acte de pensée)

noetá (tà) (les intelligibles)

noetón (tò) (l’intelligible)

noetós (intelligible)

nómos (loi)

nooúmenon (tò) (objet de pensée)

noûs (intellect)

nûn (maintenant)

núx (nuit)

 

O

odís (douleur de l’enfantement)

ógkos (masse)

oikeîon (propre)

oikeíosis (affinité)

oîstros (aiguillon, désir frénétique)

ókhema (véhicule)

ón (tò) (l’étant)

ónta (tà) (les êtres véritables, les choses qui existent réélement c’est-à-dire les intelligibles)

opadós (compagnon)

ophtalmós (oeil)

ópsis (vision, vue)

orektikón (tò) (faculté désirante)

órexis (désir)

orkhestés (danseur)

órganon (organe)

orgé (colère)

oudamoû (nulle part)

ouranós (ciel)

orô (voir)

ousía (réalité)

 

 

P

paígnion (jeu, jouet)

pân (tó) (le tout, le monde, l’univers)

pantakoû (partout, omniprésence)

pantelès zôion (vivant total)

parádeigma (modèle)

parakoloútheîn (être conscient)

parakoloúthema (accompagnement)

parakoloúthesis (conscience)

paránomos (contraire à la loi)

párergon (produit dérivé, accessoire)

paroíkesis (séjour)

parousía, pareînai (présence)

páskein (pâtir, être affecté)

páthema (affection, passion)

pathetikè  poiótes (qualité passive)

pathetikón (faculté passive de l’âme)

pathetikón (ce qui est sujet à l’affection)

páthos (affection)

pénia (indigence, pauvreté)

péras (limite)

phantasía (représentation)

phantasía (imagination)

phántasma (apparence, représentation)

phántastikón (faculté representative)

phaûlos (méchant, mauvais)

philomathés (celui qui aime apprendre)

philotheámon (celui qui aime contempler, l’amateur de spectacles)

phílos (amis)

philosophía (philosophie)

phôs (lumière)

phrónesis (sagesse)

phthánein (s’étendre, parvenir, atteindre)

phthónos (jalousie)

phthóra (corruption)

phugé (fuite)

phutón (plante)

phúsis (nature)

phusikè dúnamis (puissance ou capacité naturelle)

phutiké (végétative)

phuthikón (faculté végétative de l’âme)

pleonexía (avantage)

plérosis (plénitude)

pleroûn (remplir)

plêthos (pluralité, multiplicité)

ploûtos (richesse)

pneûma (souffle)

poieîn (agir)

poíesis (production)

poietès (auteur)

poión (être qualifié)

poiótes (qualité)

pólemos (guerre)

pólis (cité)

polloí (oi) (la foule)

póros (abondance)

pôs ékhon (manière d’être)

posón (quantifié)

posótes (quantité)

póte (quand)

poû (où)

prâgma (chose)

praktikè areté (vertu pratique)

prâxis (action)

proaíresis (choix préalable ou volontaire)

proegoúmenon (préférable)

prónoia (providence)

próodos (procession)

próorasis (prévision)

prostéke (ajout)

prósopon (personnage)

prótasis (proposition)

próte psukhé (âme première)

prôtos (premier)

prôton (tò) (le premier)

psukhé (âme)

pterorrueîn (perdre ses ailes)

pûr (feu)

 

R

rhíza (racine)

 

S

semantikón (signifiant)

semeîon (signe)

semnós (majestueux, vénérable)

siopé (silence)

skené (scène)

skhéma (figure, configuration)

skhésis (relation)

skía (ombre)

skótos (obscurité)

sôma (corps)

somatiká (tà) (les biens corporels)

somatótes (corporéité)

sophía (sagesse)

sóphron (tempérant)

sophrosúne (tempérance)

sorós (entassement)

sphállein (chuter)

sphálma (chute, égarement)

spoudaîos (sage)

stásis (repos)

stéresis (privation)

stoikheîa (éléments)

stoikheîon (élément)

strategos (général)

stratós (armée)

stoikheîon (élément)

súggéneia (parenté)

súggnóme (indulgence)

súgkrisis (association)

súgkrisis (fusion)

sullabé (syllabe)

sullogismós (syllogisme)

sumbebekós (accident)

sumpátheia (symphathie)

sumphonía (accord)

súmphutos (connaturel)

sumplérosis (complément)

sumploké (entrelacement)

sunaísthesis (conscience)

sunamphóteron (composé)

sunekhés (continu)

suneînai (s’unir à, exister en corrélation avec)

súnesis (intuition)

súnodos (union)

sunousía (compagnie)

súnneusis (inclinaison)

súnthesis (synthèse)

súnthetos (composé)

suntukhía (hasard)

sunupóstasis (coexistence)

suspeirâsthai (se contrarier, se resserer)

sussemantikón (signifié)

 

 

T

táxis (ordre, ordonnancement)

téleios (parfait)

teléos (parfait)

teleíosis (acomplissement)

télos (achèvement, fin, but)

tékhne (art, technique)

thámbos (stupeur)

thánatos (mort)

thárros (audace)

théa (vision)

thélema (volonté)

theorein (contempler)

theórema (objet ou résultat de contemplation)

theoría (contemplation, vision)

theós (dieu)

thesaurós (trésor)

thórubos (tumulte)

thumós (irascibilité, colère)

thumoúmenon (faculté irascible de l’âme)

ti (“quelque chose”)

tí (“qu’est-ce que c’est?”)

tóde (“ceci”)

tólma (audace)

tópos (lieu)

tranótes (clarté)

trophé (nourriture)

túkhe (hasard, fortune)

túpos (empreinte)

túposis (impression)

 

Z

zelotaí (disciples véritables)

zésis (bouillonnement)

zóé (vie)

zóidíon (zodiaque)

zôion (vivant)