Présentation

La recherche ici développée vise à fournir à la communauté scientifique des instruments de travail numériques inédits portant principalement sur l’étude des relations entre Plotin et les Gnostiques mais aussi sur l’étude des relations entre les écoles philosophiques dites « traditionnelles » de l’Antiquité classique à l’Antiquité Tardive et les courants philosophico-religieux dits « marginaux » de l’époque impérial, à savoir, le gnosticisme, les Oracles chaldaïques et l’hermétisme.

Ces instruments sont trois :

1. une base de données en vue de recherches croisées entre les corpus philosophiques, gnostiques, hermétistes et chaldaïques, portant sur le vocabulaire, les doctrines et la bibliographie afférente ;

2. un répertoire bibliographique spécialisé dans les rapports entre philosophie, gnosticisme, hermétisme et pensée chaldaïque ;

3. un carnet de recherche qui présente et discute les projets, les activités et les publications scientifiques consacrés actuellement aux liens entre courants philosophiques traditionnels et marginaux dans l’Antiquité Tardive.

Ces trois instruments de travail permettent de constituer pour chacun de ces domaines dʼétudes des dossiers comportant des données et des pistes de recherche autrefois éparses dans les introductions, les notes et les commentaires des traductions et des articles.

Ils fournissent ainsi une « cartographie » vaste et détaillée de l’histoire des études sur les liens entre les courants philosophiques traditionnels et marginaux.

Cette « cartographie » contribue significativement à montrer la portée philosophique des courants marginaux platoniciens et lʼintégration de ce « monde souterrain du platonisme » à celle qui est conventionnellement considérée comme la tradition platonicienne et ouvre alors de nouvelles perspectives dans la compréhension de l’histoire du platonisme de l’Antiquité.

Public visé

Pluridisciplinaire et plurilingue, étant donnée l’implication de plusieurs champs d’étude (philosophie, philologie, histoire des religions et ressources informatiques) et de différentes langues tant des auteurs étudiés que des chercheurs modernes (grec, copte, latin, français, italien, anglais, allemand, portugais, espagnol), ces instruments de travail concernent un public très large : des chercheurs et des étudiants dans les domaines de l’histoire de la philosophie et de l’histoire des religions de l’Antiquité classique à lʼAntiquité tardive.